Imprimer

 

Si, en France, chaque personne malade a le droit d’accéder à des soins de qualité, il n’est pas toujours facile, pour les patients entrant dans la maladie et leurs proches, d’apprécier d’emblée le niveau de qualité offert par l’équipe soignante. Ils peuvent néanmoins s’en faire une idée en posant quelques questions sur l’organisation de la prise en charge des patients atteints de cancer par leur établissement de soins.

Ainsi, les études montrent que dans la prise en charge du cancer, le nombre de patients traités est un critère de qualité important. Les patients peuvent se renseigner sur ce qu'on appelle le volume d'activité d'un établissement pour une pathologie donnée : ce type d'information est par exemple disponible, pour les hôpitaux publics, sur le site hopital.fr.

Les patients peuvent s'assurer par ailleurs que cet établissement met en œuvre les mesures prévues par le Plan Cancer. Celles-ci portent à la fois sur la qualité médicale stricto sensu et sur l’organisation globale des soins.

L’annonce de la maladie est un moment essentiel pour le patient et ses proches. Elle bouleverse leur vie, leurs repères et doit être prise en compte avec la plus grande attention. Pour faire bénéficier aux patients de meilleures conditions d’annonce de leur maladie, un « dispositif d’annonce » est en voie de généralisation dans tous les établissements traitant des personnes atteintes d’un cancer. Ce dispositif d’annonce comporte quatre volets :

  • une ou plusieurs consultations médicales dédiées à l’annonce du diagnostic de cancer, puis à la proposition de traitement : ces consultations doivent respecter un certain nombre de conditions, notamment se dérouler dans un espace calme et être d’une durée suffisante pour permettre au patient d’assimiler les informations reçues ;

  • une consultation paramédicale, le plus souvent avec un(e) infirmier(e) : lors de ce temps d’écoute et de soutien, celui-ci peut reformuler ce qui a été dit au cours des consultations médicales, cerner les besoins psychologiques et sociaux du patient, répondre à ses questions sur les effets secondaires des traitements, etc.;

  • l’accès à une équipe impliquée dans les soins de support : l’objectif est de soutenir et de guider le patient dans ses démarches pour rencontrer, en fonction de sa situation et s’il le souhaite, des professionnels spécialisés (psychologue, assistant social, médecin référent douleur, kinésithérapeute, diététicien…) ;

  • l’articulation entre les équipes soignantes de l’établissement de santé et la médecine de ville : afin d’assurer la continuité des soins, le dispositif prévoit que le médecin traitant soit informé en temps réel du diagnostic et du parcours de soins de son patient atteint de cancer.

Le temps médical

Visionner la vidéo
« Le dispositif d’annonce – le temps médical »
(expériences de médecins) – durée : 6’00

Si vous rencontrez des problèmes pour visualiser l'animation,
téléchargez Adobe Flash Player

La prise en charge de personnes atteintes d’un cancer requiert, outre un médecin référent, l’intervention de plusieurs médecins de spécialités différentes. C’est pourquoi le choix du traitement de chaque patient est désormais systématiquement discuté lors d’une réunion associant le plus souvent un chirurgien, un pathologiste, un oncologue ou un hématologue et un radiothérapeute. Un avis est émis à l’issue de cette réunion, appelée « réunion de concertation pluridisciplinaire » (RCP). Cet avis doit être communiqué au patient et placé dans son dossier médical.

L’objectif de cette démarche est de s’assurer que la stratégie thérapeutique proposée au patient s’est appuyée sur des protocoles validés et qu’elle a été choisie en concertation entre différents spécialistes impliqués dans le diagnostic et le traitement de son cancer.

A l’issue de la réunion de concertation pluridisciplinaire, la décision de traitement est prise par le médecin avec son patient. Une consultation est prévue à cet effet dans le cadre du dispositif d’annonce. Le médecin informe alors son patient sur les bénéfices attendus des traitements proposés, leurs effets secondaires possibles, les risques qu’ils comportent et sur les différentes phases de leur déroulement.

La décision de traitement, comprise et acceptée par le patient, est alors formalisée par écrit et lui est remise sous la forme d’un document appelé « programme personnalisé de soins » (PPS). Outre la proposition thérapeutique, ce document décrit la chaîne de soins coordonnée qui se met en place autour de la prise en charge du patient. Doivent également y figurer les noms et coordonnées du médecin responsable du traitement et de l’équipe soignante référente, ainsi que celles des associations de patients avec lesquelles la personne malade peut prendre contact.

Le programme personnalisé de soins contribue ainsi à clarifier l’information donnée au patient et à assurer la continuité des soins entre l’équipe hospitalière et la médecine de ville.



En savoir plus

En savoir plus

flecheSur le site de l'Institut National du Cancer

flecheAilleurs sur internet